projet expérimental




Le poisson rouge

Images : emmanuelle prêtre
Montage : emmanuelle prêtre
Réalisation : emmanuelle prêtre
Adaptation en LSF : noha el sadawy et emmanuelle prêtre
Effet : denis ponté
Signeuse : noha el sadawy
Production : livres en signes – 2010

Vivre comme un poisson rouge permet de supporter les événements les plus difficiles.
Un poisson rouge est capable de survivre en plein hiver dans un étang gelé. Ou bien
dans un bocal qui n’a pas vu de savon depuis des années.
Un poisson rouge s’adapte en quelques semaines à son environnement. Vous le mettez
dans un petit bocal, il reste petit. Un grand, il grandit. Il peut vivre à l’intérieur comme
à l’extérieur. En aquarium comme en bocal. Dans l’eau trouble dans l’eau claire.
En groupe ou tout seul. Mais le plus incroyable chez le poisson rouge, c’est sa mémoire.
On le plaint de n’avoir qu’une mémoire de trois secondes. Or, c’est au contraire un don.
Car il est libre. Il ne souffre ni de ses faux pas, ni de ses erreurs, ni d’une enfance perturbée.
Il n’a pas de démons intérieurs. Et je vous le demande, quoi de plus drôle que de découvrir
le monde trente mille fois par jour ?

Le discours du poisson rouge est une imposture.

Parce qu’en réalité, comme tout le monde, le poisson rouge a une vie difficile. Il meurt
si la température change trop vite et il doit se cacher sous les pierres dès qu’il aperçoi
l’ombre d’un héron. Sa vie n’excède pas trois ans et il disparaît dans l’anonymat.